Contatti

Direttore responsabile
Massimo Zaurrini
Direttore editoriale
Gianfranco Belgrano

Via Val Senio, 25 - 00141 Roma
+39 068860492 - +39 0692956629
Fax: +39 0692933897

Mail

captcha

L’Italie dans le peloton de tête pour les investissements en Afrique

L’Italie a annoncé près de 10,4 milliards de dollars (presque 9 milliards d’euros) d’investissements directs sur le continent africain pour l’année 2017, soit non seulement plus que la Chine mais également plus que les nouveaux projets d’investissements annoncés par les États-Unis, l’Arabie Saoudite et la Grande-Bretagne réunis.

Ces chiffres ont été rendus publics par la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED), à l’occasion de la parution en juin de son rapport annuel sur les investissements mondiaux. D’après cette publication, les flux mondiaux d’investissements directs étrangers en Afrique ont chuté de 21% en 2017, tombant à un total de 41,8 milliards de dollars. Néanmoins, l’Égypte demeure la destination des investissements préférée du continent, avec 7,4 milliards de dollars, devant l’Éthiopie (3,6 milliards), le Nigeria (3,5 milliards) et le Ghana (3,3 milliards). Le rapport de la CNUCED mentionne en outre le montant des projets d’investissements directs étrangers annoncés pendant l’année (“announced greenfield FDI projects”), considéré comme un indicateur clé pour prévoir les tendances des activités d’investissement à venir.

D’une manière générale, les déclarations de nouveaux investissements en Afrique ont reculé d’environ 13% en 2017 par rapport à l’année précédente, passant de plus de 94 milliards de dollars en 2016 à 85,3 milliards l’an dernier.

Ce déclin est essentiellement dû à la réduction du flux en provenance de la Chine, qui avait annoncé 36,1 milliards de dollars de nouveaux investissements pour 2016, contre 8,9 milliards en 2017. À l’instar du géant asiatique, les investissements des Émirats Arabes Unis sont passés de près de 11 milliards de dollars à un peu plus de 2 milliards de dollars, tandis que les flux des investissements intra-africains ont reculé de 8,6 milliards de dollars à un peu moins de 2 milliards. En revanche, les déclarations de nouveaux investissements en provenance d’États membres de l’Union Européenne ont quasiment doublé, grimpant de 11,9 milliards de dollars en 2016 à 22,7 l’an dernier. Au premier rang, l’Italie enregistre un bond passé de 4 milliards à près de 10,4 milliards pour la même période.

Si elles étaient changées en faits, ces déclarations confèreraient à l’Italie la première place des pays investisseurs en Afrique, tel que cela s’était déjà avéré en 2015, et confirmeraient la tendance d’un intérêt accru des entreprises italiennes à l’égard du continent (l’Italie a été le principal investisseur européen en Afrique en 2016), comme en témoigne par ailleurs l’organisation de nombreux événements consacrés aux opportunités existantes au sud de la Méditerranée, dont le prochain en date, “Italia Africa Business Week”, se tiendra à Rome en octobre.

Pour approfondir:

Afrique&Italie: Le point de la situation sur une relation au grand potentiel

Villes d’Afrique: l’urbanisation comme facteur de croissance du continent



__di


Pubblicato il


Leggi anche